LECOMTE Robert

Né le 27 novembre 1925 à Châlons-sur-Marne, aujourd'hui Châlons-en-Champagne (Marne), mort en action le 8 mar 1944 à Billiat (Ain) ; resistant de l'armée secrète (AS) et des Forces françaises de l'intérieur (FFI).

Robert Lecomte était le fils de Georges Henri et de Marcelle Marie Dhuièges Eugénie Toccanier. Il était célibataire et domicilié à Fagnières (Marne). 

Il entra dans la Résistance à l'armée secrète (AS) et appartenait au groupe de François Bovagne. En mars 1944 des armes furent parachutées pour le maquis mais au lieu de tomber sur le plateau du Retord dans l'Arin, elles tombèrent par erreur en Haute-Savoie. Le 8 mars 1944 François Bovagne et les huit hommes qu'il commandait allèrent les récupérer et les firent passer dans l'Ain en traversant le Rhône à l'aide d'une passerelle d'arbres tombés dans les gorges. Après la traversée, ils voulurent essayer les armes à l'intérieur du tunnel ferroviaire de Malpertuis. Malheureusement des cheminots entendirent le bruit des armes et s'inquiétèrent donnant l'alerte. Les gendarmeries de Génissiat et de Bellegarde et la Feldgendarmerie de la Cluse ainsi que les ingénieurs allemands de passage partient en chasse. Les gendarmes de Génissiat dont beaucoup étaient déjà acquis à la Résistance tirèrent en l'air pour avertir les maquisards mais il était déjà trop tard. Les gendarmes de Bellegarde avaient ouvert le feu blessant deux hommes. Les résistants s'éparpillèrent et tentèrent de se défendre mais il furent pris en tenaille et encerclés à la ferme des Lades, à Billiat entre Bellegarde et Génissiat. 

Francois Bovagne et sept de ses hommes furent tués à 17h au lieu dit "Les Bornales". Robert Lecomte en faisait partie. Un seul s'en sortira vivant mais sera déporté. 

L'acte de décès fut dressé le 9 mars sur la déclaration de Claudius Gros, âgé de 62 ans, garde champêtre à Billiat et enregistré au nom d'un inconnu. Un jugement rectificatif de décès fut rendu par le Tribunal de première instance de Nantua le 5 avril 1945 transcrit à Billiat le 27 avril 1945/ 

Il obtient la mention "Mort pour la France" et soldat des Forces françaises de l'Intérieur (FFI) transcrites sur l'acte de décès le 24 février 1950. Une mention additive à l'acte de décès mentionne qu'il était soldat des Forces françaises de l'Intérieur (FFI). Son nom figure sur les monuments aux morts, à Billiat (Ain), Fagnières (Marne), sur la stèle de la ferme des Lades, à Billiat et sur le monument commémoratif, à Injoux-Génissiat (Ain).

 

Documentation à venir, recherches en cours...